“You hear a person refusing to compromise, a searing vision founded on real risks and the necessity of truth” – Pitchfork

 

“Emel, la voix électro du printemps arabe” – L’Obs

 

Her song “Kelmti Horra” (“My Word Is Free”) became an anthem of the Arab Spring. Tunisian prominent singer/songwriter Emel is back in the spotlight with a new album entitled Ensen (« Human ») produced by the singer, Valgeir Sigurdsson (Sigur Ros etc.) and Amine Metani (Arabstazy), released on Partisan Records in early 2017. Combining organic and electronic sounds, building bridges between Oum Kalthoum and Björk or the XX, Ensen is a dark and powerful album and makes Emel a leading voice of the arab Avant-Garde.

« Enthralling! »
The New York Times

« She is mesmerising, from mellifluous sweetness to full-throated power. »
The Financial Times

« It’s the astonishing range and sensuousness of Mathlouthi’s voice that is most compelling. There are swoops and growls reminiscent of Bjork and even traces of her goth past as she picks out minimal, reverberant lines on electric guitar which make you wonder if she’s also been listening to the xx. »
The Guardian

« Here’s a world diva with a difference »
The Observer

« a song by a Tunisian artist with extraordinary range called Emel Mathlouthi went viral in her home country, and was later adopted by Arab Spring protesters. »
The Fader

« Singer-songwriter Emel Mathlouthi is the voice of a generation »
NPR

En 2011, sa chanson « Kelmti Horra » (« Ma parole est libre ») était devenue un hymne non officiel du printemps arabe. Devenue voix de la révolution tunisienne, acclamée par la foule et adoubée par la presse internationale, Emel Mathlouthi est avant tout une poétesse et une compositrice dotée d’une voix prodigieuse. En 2017, elle revient avec Ensen (“Humain”), un album puissant et sombre, produit par la musicienne, Valgeir Sigurdsson (Sigur Ros etc.) et Amine Metani (Arabstazy).
Voyage expérimental et cinématique entre ambient, new wave et percussions tunisiennes, cet album fait d’Emel Mathlouthi une figure de l’avant-garde de la musique arabe.

« Emel, la voix électro du printemps arabe »
L’Obs

« Captivante! »
The New York Times

 » un trip-hop incandescent, vibrant, qui n’emprunte rien aux glaciations musicales habituelles au genre. Et planant au-dessus la voix puissante et fragile d’Emel Mathlouthi, qui tient autant du cri que du souffle léger. »
Le Point

« une remarquable diva du monde »
The Observer

« un événement culturel qui acte l’influence internationale d’une scène avant-gardiste maghrébine. »
TRAX Magazine

« Un nouvel opus engagé et poétique où les influences arabes fusionnent avec des beats puissants et des mélodies déchirantes. »
FIP

« Elle est hypnotisante, dans douceur des mélodies comme dans la puissance totale ».
The Financial Times

« la tessiture étonnante et la sensibilité de la voix de Mathlouthi la rend irrésistible »
The Guardian

« la chanteuse-compositrice Emel Mathlouthi est la voix de toute une génération »
NPR

symbole-facebook_318-37686

 

 


 

Bookmarquez le permalien.